Montlhéry à travers les âges

Montlhéry à travers les âges

Montlhéry : le MONT, celui de HERY

Mons Aetricus en 768
Mons le Thericus
Mont Li Airy
Mont Le Hery
Montlhéry au 19e

Pour tout savoir

768 : c’est à cette date que MONTLHERY « Mons Àetricus » apparaît dans les textes d’une charte du roi Pépin le Bref donnant à l’abbaye de Saint Denis portions de forêts et terres de la forêt d’Yvelines ; les abbés firent défricher le mont, des bûcherons et des serfs s’installèrent sur les pentes sud. Au pied de La colline passait déjà la route de Lutetia a Genatum.
960 : les évêques de Paris firent don du domaine au premier seigneur connu Bouchard 1er, Grand Baron et seigneur de Bray.
Une première tour en bois fut probablement édifiée au lieu-dit « La Motte »
991 : Hugues Capet, roi de France, autorise Thibaut dit « File Etoupe » second fils de Bouchard 1er, à fortifier son domaine.
Vers 998 : Thibaut, forestier sous Robert II le Pieux, entreprit la construction du château qui semble avoir durée vingt ans. Son fils Guy 1er continue la construction (sous Henri 1er et Philippe 1er) avec son épouse Hodierne, il participera à la fondation du Prieuré de Longpont.
C’est sans doute la richesse des seigneurs et la sécurité dans le voisinage de leur forteresse, qui a donné naissance au bourg de Montlhéry, ayant pris le nom de la colline.
Pendant une période tourmentée de 127 ans, Montlhéry a successivement eut pour seigneurs :
– Thibaut File Etoupe
– Guy 1er
– Milon 1er dit « le Grand »
– Guy II Troussel
– Milon II de Bray
– Hugues de Crécy
1118 : Louis VI confie La garde du domaine à un « capitaine du Chastel , Chastellenie et Comté de Montlhéry »
1160 : Louis VII fait construire l’Hôtel Dieu et ériger la Chapelle du Mont Carmel y attenante.
1210 : Philippe II Auguste fait reconstruire le château et édifier les prisons de la Prévôté. Lors de la réorganisation administrative du royaume, Montlhéry devient le siège de l’une des 78 prévôtés royales, couvrant le territoire de 100 paroisses et comptant environ 130 fiefs.
1228 : Louis IX, Saint Louis se réfugie au château, à son retour de croisade en 1254, il fit construire une chapelle dans la 3e enceinte du château.
1360 : Guerre de 100 ans, le roi d’Angleterre Edouard III s’empare de Montlhéry et brûle la ville.
1361 : Jean le Bon, roi de France, reprend le château aux Anglais
Dès 1382 : Olivier de Clisson, connétable de France, fait réparer le château et modifier la partie haute du donjon.
1400 : agrandissement de la chapelle du Mont Carmel, érigée en paroisse sous l’invocation de Sainte Trinité en 1480.
1409 :  les Armagnacs s’emparent du château et l’évacuent en 1410. Ils y rentrent L’année suivante et torturent les habitants.
1413 : Le duc de Bourgogne les chasse et cette même année la reine Isabeau de Bavière fait enfermer Jean de Croix au château.
1417 le 8 octobre : le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, s’empare du château après 8 jours de blocus.
En janvier 1418 : le prévôt Tanneguy Duchâtel, reprend le château aux Bourguignons.
1423 : le château se rend au duc de Bedford et les Anglais y resteront jusqu’en 1436.
1465, le 16 juillet : Louis XI, livre bataille à Charles le Téméraire (Ligue du Bien Public) dans la plaine entre Montlhéry et Longpont. Il y eut plusieurs milliers de morts de part et d’autre.
A l’époque l’essentiel de la nourriture était constitué par le pain cuit au « four banal », Montlhéry en possédait 11 situés au centre du bourg, auquel s’ajoutaient, pois, fèves, viande de porc, gibier, poissons de mares et rivières. On utilisait les tisanes de simples, les fruits ne manquaient pas, on connaissait les pâtisseries, l’usage du cidre et du vin et la distillation des eaux de vie. Le rôle de la forêt a une importance considérable, elle est alors très vaste et fournit à tous le bois des maisons, des outils, des futailles, des récipients de toutes sortes, les ctôtures, les pieux, etc …
Après la conquête du Mexique en 1519, des marins basques rapporteront quelques graines de tomates de la région de Vera Cruz.
L’état civil n’existait pas, les noms de famille n’existaient pas non plus, seul le prénom comptait, on y ajoutait un surnom pour le distinguer. Les plus anciens registres paroissiaux à Montlhéry datent de la fin du 16e siècle. Le premier est daté de 1589.
1529 : François 1er cède le domaine de Montlhéry à un seigneur engagiste, qui obtenait l’administration et les revenus de la seigneurie en échange d’un certain « Loyer », le Roi se réservant toujours le droit de reprendre ses biens.
Grande époque de la Prévôté installée Grande rue. Dans la salle de l’auditoire au-dessus du siège du Prévôt on lisait cette devise « MEMINERIT SE DEUM HABERE TESTEM » (souviens-toi que tu as Dieu pour témoin)
1540 : les habitants de Montlhéry demandent à François 1er , la permission de clore leur ville de murailles, fossés et barbacanes, en raison de nombreuses attaques dont ils font l’objet.
1562 : le Prince de Condé, chef des Calvinistes s’empare de Montlhéry et le livre au pillage.
1585 : Les Ligueurs les chasseront du château et de la ville qui revinrent entre les mains du roi.
1591 : Henri IV ordonne la destruction du château sous la réserve de conserver le donjon.
1619 : Olivier de Serres conseille l’utilisation de la « pomme d’amour », en tant que plante ornementale.
1620 : le Cardinal de Richelieu achète le domaine.
1629 : Gaston d’Orléans, seigneur de Montlhéry jusqu’en 1660.
Au début du 18e la ville comptait environ 1000 habitants.
1708  : Jean Baptiste Desperrieres fait ériger la nouvelle chapelle royale de Notre Dame de l’Assomption.
1740 : aménagement du cimetière en remplacement de ceux de Saint Pierre et de la Sainte Trinité.
Sous Louis XV (1710-1774) : le grand chemin d’Orléans fut redressé, élargi, continué de Montlhéry jusqu’à Linas et au-delà, les voitures ne furent plus obligées de passer par Montlhéry dont la descente du côté de Linas était si dangereuse.
1757 : sur la requête des habitants, démolition de la Porte de Paris et d’une grande partie des murailles qui protégeaient La ville.
1764 : Philippe de Noailles, duc de Mouchy, dernier seigneur engagiste.
En 1784 : on comptait 98 cultivateurs vignerons pour 262 feux (soit environ 1048 habitants). Puis un plan d’intendance de la paroisse de Montlhéry fut dressé en 1787 (PV du 31 mars) totalisant 339 hectares.
1789, le 14 avril : insurrection paysanne sur la place du marché, 8000 manifestants révoltés.
1789, le 14 décembre : l’assemblée constituante vote la transformation des paroisses en communes.
1790, le 31 janvier : l’assemblée communale procède à La nomination du maire Louis Jacques SANNER, 42 ans, charbonnier.
1790, le 8 août : les ornements des chapelles Saint Pierre et Saint Laurent furent enlevés et transportés à Corbeil. L’arrivée des marseillais à Paris en 1790 serait à l’origine de l’engouement pour la tomate au nord de la Loire.
1792, le 1er novembre : les registres de l’état civil paroissiaux, tenus par le « citoyen Herbin «curé furent transférés aux archives de la municipalité et un officier d’état civil nommé.
1794, le 17 juin : le duc de Mouchy et son épouse la duchesse d’Arpajon, meurent sur l’échafaud.
1820, le 15 octobre : établissement du plan parcellaire dit « napoléonien » fixant les limites de la commune. La même année, le comte d’Artois, futur Charles X, visite Montlhéry.
1822 : François Arago calcule la vitesse du son entre le donjon et Villejuif.
1824 : Claude Chappe crée le télégraphe dont un appareil sera installé à la tour de Montlhéry en 1826 recevant les messages de Fontenay aux Roses pour les transmettre à Torfou et au-delà jusqu’en Espagne.
1842 : le château de Montlhéry est classé « monument historique ».
1850 : le conseil municipal décide la création du parc de promenade de La tour.
1858 : fondation de L’Harmonie Ste Cécile.
1870 : l’armée prussienne occupe Montlhéry et utilise La tour pour observer et surveiller Le siège de Paris.
1874 : Alfred Cornu calcule la vitesse de la lumière entre le donjon et l’observatoire de Paris.
A partir de 1843, l’avènement du chemin de fer, apportant les vins du sud, et l’invasion  du  phylloxéra vers 1880,  anéantiront les cépages d’Ile de France. C’est sans doute à cette époque que les cultivateurs de notre région se rabatt ent sur la culture de la tomate.
1884 : construction de la première école publique place de la Souche.
1894 : établissement d’une liaison ferroviaire avec les halles de Paris par le chemin de fer sur route «Arpajonnais» Paris – Arpajon.
Fêtes locales à Montlhéry
– Fête du petit Montlhéry aux environs de Pâques
– Fête de la Trinité en Juin
– Fête de la tour au 15 août
1905 : construction de la première école maternelle la « salle d’asile » place Saintin suite à la loi du ministre COMBES sur la séparation de l’église et de l’état.
1906 : le 10 mars, l’église Ste Trinité, procès verbal d’inventaire fait par le percepteur de Montlhéry et le curé Charpentier.
1908 : le 18 octobre 1re fête de la Tomate avec défilé de chars et fanfares.
1912 : lors d’un séjour le poète Paul Fort écrit « Montlhéry la Bataille ».
1913 :  la seconde école publique est érigée rue de la Chapelle. Le bureau des Postes et Télégraphes s’installe place de la Souche dans les anciens locaux scolaires.
1916 : démolition des halles place du marché.
1920 :  le « prince des poètes » Paul Fort acquiert des parcelles de terre sur la Butte des Petits Champs et constitue Le domaine d’Argenlieu.
1924 : construction de l’autodrome dans les bois de Saint Eutrope à Linas.
1929 : création du premier terrain de sports destiné à la pratique du football.
1936 :   cessation   de   l’exploitation  du  chemin de fer « Paris-Arpajon l’Arpajonnais « .
1939 : L’armée acquiert tous les terrains de La Société de l’Autodrome et installe le premier camp militaire.
1940 : L’armée allemande envahit la France, Montlhéry est occupé à l’aube du 15 juin.
1944 : le 22 août, les Allemands sont chassés par les alliés et le drapeau français flotte sur la tour. Un tir de canon d’un char allemand bombarde le vieux monument sans l’atteindre, mais blesse mortellement six personnes à Linas.
1944, le jeudi 24 août : la division blindée du Général Leclerc et les unités des armées alliées entrent dans la ville et libèrent Montlhéry.
1958 : construction dans le parc Mirablon de l’école maternelle.
1959 : construction du hall du marché aux enchères à l’emplacement de l’ancien dépôt des marchandises de Ll’Arpajonnais.
1960 : le 20 avril, décès de Paul Fort. Le prince des poètes est inhumé dans son domaine d’Argenlieu.
1962 : construction du groupe scolaire mixte et du gymnase rue des archers et rue de la plaine.
1964 : création du marché couvert.
1968 :  installation des magasins BHV dans les bâtiments du marché aux enchères.
1970 : construction de l’hôtel des postes boulevard Mouchy.
1971 : mise en place sur RN 20 au carrefour avec la RN 446 d’un viaduc métallique démontable.
1972 : percement du boulevard du téméraire entraînant l’extension urbaine vers la plaine orientale, et démolition du château d’eau de la tour.
1973 :  lancement du  pont des Belles  Dames sur  la  RN 20 au nord de l’agglomération.
1974 : installation de l’hôtel de ville rue de la chapelle.
1975 : construction de la piscine.
1978 : transfert du trésor public rue de la chapelle.
Sur la butte des Petits Champs, suite à un don de Mme Paul Fort, création sur une parcelle du domaine d’Argenlieu du square « Tourangelle ».
1979 :   la  route  des Templiers  contourne  au  nord  est,   de  l’allée  des Marronniers au pont des Belles Dames.
1980 : réalisation du carrefour de l’amitié à l’entrée Est de la ville. Roche souvenir de Stetten akM.
1982 : jumelage de Montlhéry avec Stetten akM.
1984 : démontage sur la RN 20 du viaduc métallique et création de la place de l’Europe.
1995 : Restauration des prisons de la prévôté situé au 27 Grande Rue
2005 : Ouverture de la maison du patrimoine au 27 Grande Rue
2006 : La commune devient marraine du 121éme régiment du train stationné à Linas
2008 : Inauguration du centre culturel Michel Spiral
2010 : Restauration du porche de l’hôtel Dieu dernier vestige de la construction réalisée sous Louis VII
2012 : Réouverture de la tour lors de journées du patrimoine
2013 : Réhabilitation du château et parc de la Souche. Installation de la nouvelle mairie. Déplacement du forgeron qui se trouvait sur le toit de l’ancienne mairie dans le parc de la Souche
2014 : Ouverture de la nouvelle école maternelle Joseph Kessel 20 boulevard Mouchy